Les dernières nouvelles

Au pays des grenouilles

janv. 04, 2013

Nick with his frog pond

Un jeune de l'état du New Jersey découvre qu’aucun rêve n’est trop grand pour la famille Kiwanis.

Récit de Janet Redyke | Photographies de Dennis Delillio

Pour beaucoup, le New Jersey évoque des usines dont les cheminées laissent s’échapper de lourds nuages de fumée, le long des voies embouteillées de l’autoroute de cet état. Pour d’autres c’est l’état qu’on peut rejoindre depuis New York, tout simplement en traversant un tunnel. Cependant, loin des cités et des autoroutes, lovée dans le paisible coin nord-ouest de l'état, se trouve la région qu’on appelle les Highlands. C’est une zone quasiment rurale, dont les communes bordent des lacs, avec un paysage vallonné, des vallées vertes et, par ci par là, des fermes encore en exploitation. C’est là, dans un quartier de la commune de Vernon (New Jersey) que Nick Cerrato, 15 ans, bâtit son propre paradis dans son jardin.

Nick Cerrato est un jeune homme qui parle peu, mais dont l’esprit abonde d’idées. Il ne laisse pas son infirmité motrice cérébrale faire obstacle à ses espoirs et ses rêves. Il prend ses rêves très au sérieux. Dans son jardin, il a même conçu un capteur de rêves indien de taille gigantesque. D’ailleurs, tout son jardin est un vaste atelier d’artiste en pleine évolution. Outre le capteur de rêves, il y a une fresque de 7,5 m intitulée « Partie de football de deux enfants appuyés sur un déambulateur ». Il a également créé un monument de pierres en hommage à son père Frank, aujourd’hui disparu.

Et puis, il y a la mare aux grenouilles.

Lorsqu’on lui demande pourquoi il a voulu aménager une mare aux grenouilles, Nick répond par un de ses sourires qui lui envahissent le visage et s’écrie : « Pour que tout le monde vienne ici ».

Pour permettre au projet de démarrer, ce sont Patti, la maman de Nick, et Joey Gerard, l’aide-soignant auquel il est confié, qui ont commencé à creuser le trou de la future mare. Nick a été le troisième terrassier de l’équipe, creusant le sol de ses pieds. Mais, à un moment, ils ont dû stopper les travaux, ne sachant plus comment continuer.

Patti Cerrato avait adhéré au club Kiwanis de Vernon plusieurs années auparavant, dans l’intention de donner en retour à une organisation et une commune qui avaient tant donné à son fils handicapé et à elle-même. Lorsque les membres du club ont eu connaissance du projet de mare aux grenouilles, ils se sont ralliés aux membres de l'Aktion Club de la commune et, sans délai, se sont rassemblés sur le terrain de la famille Cerrato, afin d'apporter la touche finale au rêve de Nick.

Cindi Auberger, conseillère de l’Aktion Club, est venue pour aider à la réalisation de la mare et pour soutenir l'équipe.

Prodigue d’encouragements et de promesses, elle répétait : « Si vous creusez une mare, elles (les grenouilles) viendront ».

Les membres de Kiwanis et d’Aktion Club ont travaillé main dans la main, posant les bandes d’isolant, préparant les éléments techniques et s'appuyant sur les conseils de B&M Aquatics, une entreprise spécialisée dans les mares de jardin pour poissons d’ornement. À la fin du mois de juin 2012, la mare était devenue un habitat pour amphibiens.

Comme l’avait prévu Cindi Auberger, les grenouilles sont apparues par miracle, dans la mare, encouragées par son atmosphère paisible. Une grenouille-taureau excessivement dominante a dû être déplacée, mais les grenouilles banales, plus petites et plus dociles sont restées et ont été rejointes par deux poissons rouges et par une famille de perches soleil. La mare est agrémentée de trois fontaines. L’une d’elles, créée par Nick, est en forme de poisson.

Les Kiwaniens ont fêté la fin des travaux de la mare avec Nick et sa mère en organisant un barbecue dans le jardin et en grillant des marshmallows avec du chocolat et des biscuits.

« Nous sommes immensément reconnaissants envers notre famille Kiwanis », explique Patti Cerrato, « avant, nous nous sentions isolés, mais plus maintenant ».

Nick appuie cette déclaration de sa maman d’un délicieux sourire débordant de bonheur.

blog comments powered by Disqus