Les dernières nouvelles

Un dentiste en mission

janv. 07, 2013

John Gillan holds a patient

John Gillan reconnaît qu’il est accro … aux missions de soins dentaires.

La dépendance de cet endodontologue, qui est également membre du club Kiwanis de Tempe Nuevo (Arizona), est quantifiable : depuis 1991, il a effectué deux missions en Roumanie pour enseigner l’endodontie ; 16 missions en Albanie où il a mis en place avec un chirurgien stomatologiste une conférence sur l’art dentaire qui a vu le nombre de ses participants passer de 75 à plus de 400 ; deux missions au Kosovo pour enseigner ; et plus récemment six missions au Cameroun où il a pratiqué des interventions de stomatologie « en pleine brousse ».

Cela fait un total de 26 missions, et ce n’est pas fini ! Et c’est largement dans ses poches qu’il a puisé pour disposer des fonds nécessaires, apportant ses propres instruments pour les partager avec d’autres formateurs et pour traiter les patients.

« La première fois qu’on m’a demandé d’aller en Roumanie, je me suis dit que cela allait vraiment être l’aventure », raconte-t-il, « mais je suis devenu accro dès que j’ai compris la valeur du don de soi, de la formation et des nouvelles amitiés dans ces pays en voie de développement. C’est extraordinaire de travailler avec un groupe de professionnels et de néophytes qui se donnent à fond et utilisent leur propre argent – sans rechercher un bénéfice financier ».

C’est sa foi chrétienne et son engagement au service de l’humanité qui motivent John Gillan à agir et servir – des motifs authentiquement désintéressés – ce qui lui a valu de recevoir un hommage inattendu en 2009 : en effet, le président albanais, Bamir Topi, qui avait entendu parler de son travail et l’avait rencontré l’année précédente, vint à la cérémonie d’ouverture de sa conférence sur l’art dentaire pour prononcer un discours devant les dentistes présents. Après le discours, il invita John Gillan à venir sur scène et lui remit la médaille albanaise de la gratitude.

« J’ai ressenti une profonde humilité ; après tout je me contentais de faire quelque chose que j’aimais », explique John Gillan, « certains amis en Albanie m’ont dit qu’ils avaient eu les larmes aux yeux ce soir-là, si heureux de voir l’honneur qui m’était fait. Pendant des années, l’Albanie a connu la plus implacable des dictatures. Je ressens comme un privilège de pouvoir prendre part à sa renaissance ».

« Pour moi, la récompense ce sont les amitiés et la satisfaction d’apporter un changement positif dans la vie des enfants et des adultes. Je suis parvenu à comprendre que toute personne au monde est unique en soi. Encourager une personne ou un enfant est vraiment quelque chose de prodigieux. » —Amy Wiser

blog comments powered by Disqus