Les dernières nouvelles

Des marionnettes en cadeau

avr. 03, 2013

Tiny teddy finger puppets

Pour la plupart des gens, le terrible tremblement de terre qui a lieu en février 2011 n’est plus qu’un souvenir. Mais pour les habitants de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, et surtout pour les enfants, la situation n’est pas encore revenue à la normale. Il fut un temps où le printemps à Christchurch était synonyme de jonquilles et de promenades en famille dans les parcs, mais depuis la catastrophe il faut bien plus que les rayons du soleil pour apporter du baume au cœur des petits écoliers dont la vie fut bouleversée.

Patsy Hill, membre du club Kiwanis de Takapuna en Nouvelle-Zélande, avait l’impression que toutes les personnes qu’elle rencontrait étaient totalement traumatisées par le tremblement de terre. Alors, en bonne grand-mère dévouée de jeunes enfants et en tant que personne impliquée dans un programme d’aide aux enfants orphelins, elle a lancé un appel à l’aide sur les ondes.

Douze clubs ont répondu à son appel et, avec Patsy Hill comme présidente du projet du district, ils ont entrepris de coudre et de bourrer des poupées de printemps, réconfortantes, faites de tissus fleuris. Trois membres du club Kiwanis de Takapuna ont parcouru plus d’un millier de kilomètres pour se rendre à Christchurch afin de distribuer les 1 059 poupées – cousues par les Kiwaniens de l’Île du Nord, de Nouvelle-Calédonie et de Tahiti – aux enfants des crèches, de maternelles et d’autres établissements s‘occupant d’enfants.

« C’était très émouvant de voir briller les yeux des enfants qui avaient été si timides à notre arrivée », se souvient Patsy Hill.

Mais elle ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. Tenant absolument à ce que les enfants et leurs familles n’aient pas l’impression d’être abandonnés par le monde entier, Patsy Hill a mis en route un autre projet : créer des marionnettes de doigt en petits ours. Cinq clubs ont fabriqué près de 900 marionnettes qui ont été distribuées aux enfants après les vacances d’été, à la rentrée des classes avec des vêtements et des couvertures collectées ou confectionnées par d’autres clubs.

« Cela a été un vrai plaisir de voir les petits visages réjouis des enfants, tandis qu’ils mettaient les marionnettes à leurs doigts et les comparaient avec celles des autres enfants », souligne Lynda Spittle du club Kiwanis de North West Christchurch, « j’ai l’impression que les enseignants étaient aussi enthousiastes qu’eux… Au nom de tous les enfants qui ont reçu et qui recevront ces marionnettes, merci du fond du cœur. Le sourire sur le visage des enfants n’a pas de prix ».  Courtney Meyer

A child with puppets

À réaliser soi-même :
Si vous voulez, vous pouvez vous aussi réaliser une marionnette de doigt : accédez au patron en ligne.

blog comments powered by Disqus