Les dernières nouvelles

Une aide médicale pour les plus nécessiteux

juin 29, 2013

Denton Kiwanis Club Children's Clinic sign

Depuis sa création en décembre 1921, le club Kiwanis de Denton (Texas) s’est spécialisé dans les services répondant aux besoins médicaux de familles défavorisées. Cet intérêt a conduit à la création d’une clinique pour enfants qui sert désormais plus de 300 enfants chaque année.

Les premières années, le club organisa des festivités de Noël lors desquelles il était remis de l’argent à des enfants pour qu’ils aillent consulter un médecin ou un dentiste. La générosité de ce programme conduisit à la multiplication des demandes d’aide financière du même ordre et, en 1923, un comité des enfants défavorisés fut créé au sein du club, afin de s’assurer que les demandes soient classées par ordre de priorité et dotées d’une aide financière. Mais rapidement, même une telle sélection se révéla insuffisante.

En 1938, la clinique Kiwanis de Denton fut créée et un secrétaire exécutif fut recruté pour assurer la gestion des demandes. Au début, nombre des demandes concernaient des amygdalectomies, des examens de la vue, des fauteuils roulants et des attelles jambières pour enfants atteints de poliomyélite. Grâce à une remise sur le tarif des prestations – avec, à l’époque des actes pratiqués par des médecins à titre bénévole – le club était en mesure de verser 2 ou 3 dollars par séjour hospitalier.

Le projet ainsi que les collectes de fonds qui l’alimentent, ont évolué au fil des années. Il bénéficie aujourd’hui d’un fonds fiduciaire, d’une foire de dégustation, d’un feu d’artifice, d’une exposition de voitures et même d’une fête de quartier où se produit un imitateur d’Elvis.

« Nous pouvons offrir un traitement pour des troubles qui, sans cela, risqueraient de rester négligés », explique Robin Meyer, secrétaire exécutive de la clinique, « le visage des enfants ayant besoin d’un traitement dentaire est parfois horriblement gonflé, mais, en l’absence (d’aide gouvernementale), ils n’ont pas où aller … Nombreux sont les parents qui ne peuvent se permettre de payer pour faire obturer une carie. Certains vont aux urgences pour faire soigner leur enfant, mais ensuite ils ne peuvent payer  les médicaments qui leur sont prescrits, quand ils retournent chez eux. »

La plupart des enfants sont dirigés vers la clinique quand des infirmières de leur école découvrent un problème, mais d’autres y viennent après avoir entendu parler de la clinique par d’autres personnes ou en suivant les conseils d’un responsable de foyer d’accueil ou d’United Way. Les familles à faible revenu reçoivent de la clinique Kiwanis un bon à présenter à leur pharmacien, médecin ou dentiste pour couvrir le coût des médicaments prescrits, des soins médicaux ou de la visite chez le dentiste.

Robin Meyer affirme que la commune est plus que réceptive à ce programme et son soutien n’a jamais fléchi pour ce que les membres du club appellent son « plus beau fleuron ». La reconnaissance des bénéficiaires est sans limite. « Lors des feux d’artifice, nous avons le ‘commando des porteurs de seau’ qui se déplace parmi le public et sollicite des dons pour la clinique », déclare-t-elle, « une fois, un homme m’a donné 20 $, expliquant que son enfant avait été malade et avait bénéficié de soins et nous avions été là pour offrir le traitement qu’il n’avait pas les moyens de payer. Nombre de parents célibataires sont aussi venus proposer de nettoyer nos bureaux ou d’effectuer des tâches administratives pour nous remercier de notre aide. »

Robin Meyer est très fière d’une lettre de remerciement des années 40, rédigée par un adolescent de 16 ans qui avait subi une ablation de l’appendice. En voici une phrase : « J’ai toujours considéré cette organisation comme une chose merveilleuse, mais je le ressens plus que jamais, désormais. »  – Courtney Meyer

A family helped by the Kiwanis Clinic

Si vous souhaitez faire partager un récit Kiwanis de ce genre, envoyez-le à shareyourstory@kiwanis.org pour évaluation.

Votre club contribue-t-il à la résolution de problèmes de santé dans votre commune ? Si c’est le cas, faites-nous part de votre expérience à la rubrique « commentaires » ci-dessous.

blog comments powered by Disqus