Les dernières nouvelles

Des jouets qui réconfortent

sept. 24, 2013
Boy receives a K-Pompinours from a firefighter

« Ma fille avait des convulsions et les pompiers sont venus apporter leur aide à notre famille » raconte une mère. Heureusement, une peluche offerte par des clubs Kiwanis du département de l’Yonne, en France, a contribué à la réconforter pendant ce dur moment.

Dans ces cas-là, le prestige et l’admiration qu’éprouvent d’ordinaire les enfants pour la profession de pompier sont oubliés. Mais la peluche permet de créer un lien entre le secouriste et l’enfant. 

Depuis décembre 2012, l’opération des K-Pompinours a calmé et réconforté une soixantaine d’enfants en proie à un problème de santé ou ayant vécu l’incendie de leur maison ou un accident de voiture. Un autre projet similaire avait déjà été mis en place dans les casernes de pompiers de l’Yonne, mais il avait dû être interrompu en raison de problèmes financiers.

Mais deux Kiwaniens – Gérard Bolle, pompier à la retraite et également ancien président du club Kiwanis de Sens, en France, et Myriam Poivet, ancienne Kiwanienne d’Auxerre – se sont associés pour résoudre le problème.

« L’objectif était de trouver une société qui fabrique pour un coût minime des peluches aux normes européennes destinées à des enfants de 0 à 3 ans », explique Gérard Bolle. « Nous les avons nommés K-Pompinours, “K” pour Kiwanis, « pompi » pour pompiers », puis « nours » pour nounours. »

Les animaux en peluche sont fabriqués par Moulin Roty, une société française, achetés en vrac et conditionnés dans un sac en plastique par souci d’hygiène. Puis on appose un autocollant Kiwanis sur l’emballage. Depuis le début du projet, en décembre 2012, l’opération des K-Pompinours a fait boule de neige parmi les clubs Kiwanis, deux autres clubs de l’Yonne l’ayant également adoptée.

Les peluches sont stockées avec d’autres produits essentiels, tels que des minerves et des médicaments, ce qui souligne encore davantage l’importance que leur donnent les pompiers.

« Les peluches nous aident à réconforter les enfants les plus jeunes et à déterminer leur degré de douleur, ce qui est très apprécié des secouristes qui ne tarissent pas d’éloges sur l’utilité et l’efficacité de ces peluches éducatives », dit fièrement Gérard Bolle. Les peluches ont rendu plus facile le dialogue avec les enfants et leur séjour à l’hôpital. Les parents sont tellement étonnés du cadeau qu’ils demandent parfois aux pompiers ce qu’ils leur doivent pour ce geste de réconfort, ou même s’ils doivent rendre la peluche.  — Courtney Meyer

Si vous souhaitez faire partager un récit Kiwanis de ce genre, envoyez-le à shareyourstory@kiwanis.org pour évaluation.

Votre club Kiwanis a-t-il un partenariat avec l’antenne d’un service public ? Si c’est le cas, faites-nous part de votre expérience à la rubrique « commentaires » ci-dessous.

blog comments powered by Disqus