Les dernières nouvelles

Au secours de familles qui traversent une mauvaise passe

juin 19, 2014
L’une des premières familles ayant bénéficié de l’aide du club Kiwanis de Burbank, celle d’Agustin et Beatriz Luz, a rencontré des Kiwaniens après qu’Agustin, qui avait porté secours à un automobiliste en panne, a été heurté par un chauffard qui a pris la fuite.

Tout a commencé en 1997. C’est à cette époque que Stephen Veres, membre du club Kiwanis de Burbank (Californie), a lu un article de journal relatant l’histoire d’une femme, veuve et mère, qui avait été tuée alors qu’elle mettait de l’essence dans le réservoir de sa voiture. Elle avait été heurtée par un chauffard ivre qui ne s’était pas arrêté et elle était morte sur le coup, laissant derrière elle, dans la misère et sans un toit, six jeunes orphelins.

Stephen Veres a eu le cœur brisé en lisant cela, mais il savait qu’il devait apporter son aide. Il a alors écrit à des camarades Kiwaniens et quelques jours seulement ont suffi pour qu’affluent d’innombrables chèques et bons cadeaux. Pendant les trois années suivantes, ces secours n’ont cessé d’arriver, jusqu’à ce que les enfants connaissent de nouveau une situation stable.

Se rendant compte qu’il y avait bien d’autres enfants dans le besoin, le club de Burbank a alors lancé un programme permanent intitulé « Kiwanis Cares About Children » (Kiwanis se préoccupe des enfants).

Mike Hele et Allison, sa fille de quatorze ans, ont été parmi les premiers à bénéficier de l’aide de « Kiwanis Cares About Children » (KCAC). Mike souffrait d’une tumeur dans la nuque qui avait atteint ses cordes vocales, mais ne pouvait pas être opérée. Père célibataire, Mike n’était pas inquiet pour lui-même, mais pour Allison et pour ce qu’elle allait devenir quand il serait mort. Le club Kiwanis l’a accompagné et, après son décès, des membres ont exaucé son vœu de trouver un bon foyer pour Allison. Plus tard, ils ont payé ses études et réglé des frais juridiques.

Récemment, le programme KCAC a aidé la famille Satterstrom à payer les obsèques du fils qui avait été assassiné et a également fourni de la nourriture, des vêtements et une aide financière à ses six frères et sœurs.

« Je suis si fier de mon club », s’exclame Stephen Veres, « et si reconnaissant envers nos membres pour leur générosité ». — Kevin P. McKenna

blog comments powered by Disqus