Les dernières nouvelles

Le Panama et le Japon ont rénové ensemble une école

juil. 10, 2014
Children wave Panama and Japan flags in celebration of their new school.

Dans la cité montagnarde de Piedra de Amolar que balaient les vents, le torchis est bien moins performant que les parpaings. Cette ville perdue au milieu de la province isolée de Veraguas, au Panama, a trouvé une solution pour faire construire de nouvelles salles de classe dans son école primaire.

« L’école était dans un état totalement inadapté pour le travail scolaire », explique Alfredo Luciana, président du club Kiwanis de Metropolitan, dans la capitale du pays, « ces salles de classe avaient été construites avec des parpaings, mais quatre autres salles aux murs de torchis avaient beaucoup souffert des effets du vent. Depuis longtemps, les élèves, les parents et les enseignants souhaitaient ne plus avoir que des salles faites de parpaings ».

Étant donné qu’ils apportaient déjà chaque année une aide sociale, médicale et pédagogique à Piedra de Amolar, les Kiwaniens savaient très bien que le budget panaméen pour l’éducation était limité et ne permettrait pas de libérer des fonds pour de nouvelles classes. Repensant alors aux relations étroites qui, depuis l’indépendance du Panama en 1904, unissent le pays au Japon, un membre a suggéré de formuler une demande d’aide au titre d’un fonds mis en place par le Japon pour aider la région.

« Nous avons agi rapidement », déclare Alfredo, « des équipes de notre club ont été chargées de s’occuper de tous les volets juridiques, techniques et administratifs du projet avec l’ambassade du Japon et le constructeur. Nous avons sélectionné un constructeur qui avait déjà l'expérience de la construction d'écoles dans un site rural éloigné et difficile d'accès ».

Les Kiwaniens ont pu obtenir plus de 120 000 $ pour la réalisation du projet qui comportait une vérification comptable par une société indépendante. Ce sont plus de 600 élèves entre cinq et douze ans qui ont bénéficié de la construction en parpaings de nouvelles salles de classe.

À la fin des travaux, des représentants du ministère panaméen de l'Éducation et de l’ambassade du Japon se sont joints aux élèves et aux parents pour célébrer avec eux l’aboutissement du projet.

« Tout le monde était empli de bonheur et de gratitude en voyant la réalisation concrète de ses rêves », raconte Alfredo, « toute la ville s’est rassemblée pour fêter la concrétisation d’un souhait de longue date ».  — Nicholas Drake


blog comments powered by Disqus